À l’occasion du cinquantenaire de la mission Apollo 11, le LAAC propose une exposition sur l’exploration de l’espace. À travers une sélection d’une centaine d’œuvres datant de 1945 à nos jours, les interprétations multiples et parfois contraires des artistes seront dévoilées, entre rêve et réalité, désir et raison, fiction et science, désordre et harmonie.
L’artiste apparaîtra comme un traducteur privilégié de notre élan de conquête, tantôt prophète et visionnaire, tantôt démiurge, tantôt démystificateur : porte-voix de ce que l’espace dit de l’humanité, prise entre ombre et lumière.

L'origine de cette exposition repose sur une œuvre de la collection du LAAC à l’histoire plus que singulière, étroitement mêlée à celle de la conquête spatiale...

Fallen Astronaut de Paul Van Hoeydonck est une petite sculpture de 8,5 cm, créée en 1971, déposée sur la Lune par la N.A.S.A. lors de la mission Appolo 15, dont il existe onze répliques d’époque conservées sur Terre, notamment celle du LAAC, offerte par l’artiste à Dunkerque. Autour de cette sculpture, le LAAC proposera du 16 novembre 2019 au 15 mars 2020 une exposition « Cosmos : silence, ça tourne ! ».

Des plus scientifiques aux plus fantaisistes, l’exploration de l’espace a suscité auprès des artistes des interprétations multiples. Les considérations scientifiques autour de l’espace-temps permettent un renouvellement du récit des origines, une dynamique inédite des formes, associée parfois à une spiritualité moderne et de nouvelles cosmogonies. Météorites, comètes, nuages interstellaires, magnétisme, gravitation mais aussi intervention humaine dans l’espace procurent des « étonnements poétiques » face à la science. L’imaginaire invente un autre futur sur la base de progrès technologiques ou de projections utopiques. Et, alors que la Lune, ancien terrain de tous les rêves, n’est plus qu’un tas de pierre et de poussières conquis par quelques américains, l’artiste brouille les pistes entre vérité et prodige, entre ironie et fascination. L’exposition du LAAC s’inscrit par ailleurs dans une opération du réseau des musées de la région Hauts-de-France intitulée Museosciences qui questionne les rapports entre arts et sciences.

Partenaires de l'exposition :