Le projet scientifique et culturel des musées de Dunkerque est en ligne !

Le projet scientifique et culturel des musées de Dunkerque constitue un outil de pilotage des deux équipements reconnus au titre des « musées de France » que sont le musée des Beaux-Arts et le LAAC, lieu d’Art et Action contemporaine. Il en définit les singularités, les visions, les besoins et les priorités à venir en tenant compte des collections, des publics, des ressources et du territoire.

Le LAAC, qui aura 40 ans en 2022, est conforté dans son identité unique et insolite !

La spécificité du LAAC repose sur une collection des avant-gardes des années 1950-1980, reconnue et qui rayonne nationalement et au-delà des frontières. Le principe d’origine de « travailler directement avec les artistes vivants » en les invitant permettra d’assurer la dimension contemporaine.

Le bâtiment, conçu comme une sculpture, invite à une promenade intérieure avec son forum central, lieu de rassemblement chaleureux, son cabinet d’arts graphiques, espace intime doté de meubles à secrets et ses salles rayonnantes. Le jardin de sculptures remarquable inspire, quant à lui, une envie d’art dans l’espace public pour le Grand Large, le long du canal ou la digue, ses prolongements naturels.

L’ancrage territorial, voulu par le fondateur, Gilbert Delaine, sera soutenu par le mécénatd’entreprises du territoire de Dunkerque. Il est réactivé pour la Triennale art et industrie coorganisée avec le FRAC voisin, grâce au soutien de l’association l’Art contemporain. La programmation d’expositions, dynamique et qualitative, fera écho aux collections et permettra l’invitation d’artistes. L’esprit du LAAC, ce sera aussi les rencontres, une médiation innovante et un souci d’ouverture à tous pour mieux partager l’accès à l’art.

Le futur équipement du musée des Beaux-Arts verra le jour dans les années à venir…

L’approche qui guidera le parcours futur racontera la circulation des idées et l’histoire d’un territoire ouvert sur le monde, terre d’échanges à proximité du détroit le plus fréquenté de la planète, plat pays dénué de frontière naturelle marquée. Les principes d’échanges, manifestes par le déplacement des hommes, la transaction de capitaux ou de marchandises, l’échange de biens, la circulation d’idées ou les influences culturelles, traversent les collections. La mondialisation y est vue comme une dynamique « vieille comme le monde » et non un concept seulement contemporain.

Le PSC propose ainsi un voyage d’ici aux ailleurs à travers le temps, manifestant la transformation du territoire du Dunkerquois et de la plaine maritime et de la société, un labyrinthe des découvertes relatant d’esprit d’exploration du monde, et un parcours du « monde pittoresque » à partir de questionnements sur la vision et le point de vue de l’homme européen. Il fonctionnera comme une machine à remonter le temps et à traverser l’espace, rappelant que la société est un processus dynamique de modification des visions et des moeurs. Chacun pourra y rencontrer des mosaïques de cultures et donc des idées de l’humanité. Par
ailleurs, le musée, espace public impartial et laïque, présentera à travers ses collections des “totems” multiples, permettant de s’en emparer ou de s’en soustraire ou tout simplement de mieux les comprendre. Il aura en cela une vocation citoyenne et émancipatrice. Il aidera l'individu à transformer son rapport aux autres, à prendre pleinement conscience de la valeur et de la diversité humaines, à questionner les grands enjeux de notre époque, intégration européenne, diversité des sociétés, migrations, incertitudes environnementales…

Le futur équipement sera ainsi par ses trésors l’arme de séduction du territoire, le racontant tout en apportant un fort pouvoir d’évasion par d’autres merveilles venues des profondeurs du temps
et de l’espace. Il offrira un supplément d’âme à la Ville.

Télécharger le PSC