En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici.

ENCHANTÉ - LAAC

 

21 avril - 26 août 2018

ALLAN MCCOLLUM,  ANDY WARHOL,  ARMAN,  BERND & HILLA BECHER,  BARRY FLANAGAN,  BEN,  BERNAR VENET,  CÉSAR,  ÉTIENNE PRESSAGER,  GAUTIER DEBLONDE,  GÉRARD GASIOROWSKI,  JEAN TINGUELY,  JEAN-LUC MOULÈNE,  JEAN-LUC VILMOUTH,  LOUIS CANE,  MICHA LAURY,  MICHEL PAYSANT,  PIERRE MERCIER,  RAYMOND HAINS,   SÉVERINE HUBARD,  JESÚS-RAFAEL SOTO,  TONY CRAGG.

Comment un objet ou une matière se transforme en œuvre d’art ? À quel moment se charge-t-il d’une émotion ou d’une symbolique ? Par le geste de l’artiste ? Par son travail ? Par son choix ?

Lorsque César compresse des voitures, elles deviennent sculptures ; quand Tony Cragg récupère de « vulgaires » objets en plastique pour les assembler en sculptures murales, ces objets deviennent les points de couleur d’une grande figure et il n’y a aucun doute : il s’agit bien d’art, mais comment s’opère la transformation ?

Ce sont les questions explorées par l’exposition Enchanté et que l’on peut résumer ainsi : quel est le processus ou le travail qui crée cette bascule vers l’œuvre d’art, cet enchantement qui développe notre relation sensible au monde ?

Cinq notions seront abordées pour développer ces questions : l’atelier, l’esquisse et la maquette, le détournement d’objet, la série et, enfin, la création in situ, grâce à la présence d’œuvres exceptionnelles comme Atelier, la série photographique de Gautier Deblonde, montrant des ateliers d’artistes habituellement non accessibles. Ce travail nous fait entrer dans la fabrication des œuvres, comme si pour goûter un plat, nous avions accès à la cuisine : cela n’enlève rien à la magie de la dégustation mais nous éclaire différemment. 

Il y a, ensuite, les esquisses de Tinguely qui ont préparé la création du monumental Cyclop à Milly-la-Forêt : elles sont des étapes intermédiaires dans le processus de création de l’œuvre mais ne font-elles pas œuvres, elles aussi ? 

Parfois un artiste s’arrête à la maquette, alors comment regarde-t-on cet objet : œuvre ou phase préparatoire?

Se pose aussi la question de la « reproductibilité », de la notion de série : quelle valeur a pour nous le geste artistique quand il est multiplié voire mécanique ? Quand Bernd et Hilla Becher accumulent les clichés photographiques de châteaux d’eau en prenant soin de n’y mettre aucune subjectivité : toujours le même cadrage, le même point de vue… ou lorsque Allan McCollum utilise des méthodes de production de masse pour nous présenter ses Véhicules parfaits qui en deviennent décoratifs : reconnaissons-nous le geste de l’artiste ? 

Ce geste peut-être plus évident lorsque se crée une œuvre in situ, pour l’espace d’exposition, comme le fera l’artiste, originaire du Nord, Séverine Hubard : une toute nouvelle création pour l’exposition Enchanté !

En complément, pour évoquer ces différents processus, le livret de l’exposition recueillera des dialogues avec les artistes de l’exposition, des interviews qui affirmeront leurs regards sur ces problématiques.

A quelques centaines de mètres d’Enchanté, la notion de travail est abordée sous un autre angle, d’une posture tout à fait « horizontale » chez nos voisins du FRAC avec l’exposition Tubologie, nos vies dans les tubes.

 


Imprimer la page

Et aussi en ce moment

ENCHANTÉ - LAAC

21.04.2018 - 26.08.2018

Nos incontournable... LAAC

20.11.2014 - 31.12.2019