Avec son jardin de sculptures, d’eau, de pierre et de vent,
le LAAC, Lieu d’Art et Action Contemporaine, œuvre pour
la rencontre du public et de l’art au gré d’un programme
d’expositions et d’événements pensés pour tous.

 

Le LAAC est né grâce au don à la ville de Dunkerque, d’un ensemble exceptionnel d’œuvres d’artistes du XXe siècle, à l’initiative de Gilbert Delaine, président-fondateur de l’association L’Art contemporain, soutenue par soixante entreprises mécènes dans les années 1970-1980. Aujourd’hui, le LAAC présente annuellement deux expositions temporaires d’envergure, quatre expositions d’arts graphiques, au côté d’une sélection de plus de deux-cents œuvres de la collection, ‘Les Incontournables’, et le jardin de sculptures.

 

Le LAAC, l'art d'après-guerre à nos jours 

Rare musée en France à pouvoir offrir un panorama de l’art des années 1945 à 1980 grâce à sa collection de plus de 2000 oeuvres, le LAAC oriente sa politique culturelle en complémentarité avec les projets développés par le FRAC Grand Large-Hauts-de-France. Le programme des expositions s’organise autour des artistes de ce temps - Yves Klein, Marie Raymond, Olivier Debré, Anthony Caro, Jaques Doucet, Jean-Michel Meurice... Des questionnements propres à l’époque ou à certains mouvements « Poétique d’objets », « Every body », « Cobra », « Cosmos, silence on tourne! » font partie intégrante de la ligne artistique qu’entend soutenir le LAAC. 

Il s’ouvre à la création contemporaine en commandant ou en présentant des œuvres actuelles qui dialoguent avec les collections et les projets : Bertrand Gadenne, Étienne Pressager, Séverine Hubard, Sarah Sze, William Eggleston, Bernard Moninot, Bernar Venet, Maya Hayuk…
Au travers de la triennale GIGANTISME – Art & Industrie qu’il a créé avec le FRAC Grand Large-Hauts-de-France, Le LAAC est ancré dans son territoire et organise des collaborations entre le réseau industriel et des artistes internationaux.

 

Le LAAC, c’est aussi … 

Le vaste cabinet d’arts graphiques où le visiteur s’approprie l’espace à la découverte de deux cent dessins et estampes par la manipulation de tiroirs et meubles à coulisses.  

  • L’espace de documentation littéraire, photographique et filmique "Doc&CO", permet de poursuivre la visite et la connaissance des artistes et des œuvres 
  • Des actions de médiations et des visites pour tous.
  • De nombreux événements, rencontres, conférences, projections, concerts pour se retrouver et qui se trouvent décrits ici ou sur nos réseaux ici. 

            Et les dimanches, c'est gratuit !

Le LAAC, pour tous … 

En 2018, le LAAC se voit attribuer le prix ‘Osez le musée’, récompense nationale pour ses démarches de médiation auprès de tous les publics.

Lieu convivial, le LAAC se veut un espace où l’on se retrouve, lieu d’échanges et de discussion, de balades en famille ou entre amis, seul et en groupe.

Avec un atelier jeune public, un auditorium, un étonnant forum, un salon de doté de distributeurs et une équipe présente à votre disposition. 

 

Le LAAC, en synergie  

Le LAAC et le FRAC –Grand-Large - Hauts de France forment à eux deux le pôle d’Art contemporain de Dunkerque et ont ensemble initié la création d’une triennale Gigantisme – Art et Industrie dont la première édition a débuté en mai 2019. Au travers de cette manifestation, le LAAC intervient aussi hors les murs comme dans la Halle AP2 et dans l'espace public.


Le LAAC œuvre également au sein d’un réseaux d’acteurs culturels, lieux de diffusion ou de création multiples, le CIAC de Bourbourg, le Centre Culturel le Château Coquelle, la galerie Robespierre Grande-Synthe, le Learning Center ville durable... afin de penser le territoire et ses liens vers l’ailleurs.  
En étroite collaboration avec les musées de la région, le LAAC tisse aussi des liens privilégiés avec des institutions de France ou de l’Europe du Nord – CNAP, MNAM/CCI, musées de Nice, Saint-Étienne, Dôle, Nantes, Les Sables d'Olonne, Bordeaux, SMAK de Gand, musée CoBrA d’Amstelveen, et de nombreux fondations d’artistes… Il participe ainsi pleinement au rayonnement national et international du territoire.

 

BLANK

« Espace rencontre, c’est la vocation même du jardin. C’est le lieu privilégié où l’on a le temps, où l’on prend le temps. Le temps de regarder, de sentir vibrer un sable sous le pied, de froisser entre les doigts une plante odoriférante, le temps d’échanger quelques paroles, de regarder une oeuvre, le temps parfois de se taire.»  Gilbert Samel

HISTOIRE 

Dans les années 1970, inspiré par l’explosion industrielle et la modernité de Dunkerque, un ingénieur, Gilbert Delaine, va bousculer le destin culturel du territoire. Il acquiert une forte sensibilité à l’art contemporain auprès des artistes Arthur Van Hecke et Ladislas Kijno ; dès lors, il n’aura de cesse de parcourir le monde à la découverte d'expositions et à la rencontre des artistes. 

Un rêve l’obsède. Gilbert Delaine imagine un musée pour sa ville, un lieu d’art qui présenterait la création artistique la plus contemporaine, miroir de l’innovation permanente du territoire dunkerquois.  

En 1974, Gilbert Delaine persuade soixante entreprises de devenir mécènes de ce projet ambitieux et crée l’association L’Art contemporain. Il rend ainsi possible la naissance d’une collection et d’un musée.  

En 1979, sortent de terre, le jardin de sculptures, dessiné par Gilbert Samel associé à l’artiste Pierre Zvenigorodsky, et les prémices de l’architecture moderniste du musée, imaginée par Jean Willerwal. Le site choisi est aux abords directs des chantiers de France, un « événement paysager » en soi avec ses bâtiments, ses grues énormes et ses milliers d'ouvriers... 

Le bâtiment est basé« sur l’intuition, la passion et l’amour plus que sur les textes réglementaires ! »   Jean Willerwal